La digitalisation de la maintenance ferroviaire

La révolution digitale est en train de bouleverser tous les secteurs, y compris le secteur de l’industrie ferroviaire. La digitalisation des outils de maintenance permet de collecter des quantités incroyables de données.
Ces évolutions vont permettre de repenser les processus de maintenance pour en optimiser les opérations et faire face aux défis du secteur.
Quel est l’impact de cette digitalisation dans la maintenance ferroviaire ?

Une modernisation nécessaire

Initialement, les opérations de maintenance étaient organisées de manière réactive, selon les besoins. On parlait alors de maintenance curative lorsque l’on intervenait en cas de panne, d’incident météorologique ou de besoin de modernisation des structures lorsque la sécurité était engagée. Mais cette méthode s’avère très coûteuse puisqu’elle engendre des arrêts de train, impliquant retards et mobilisation importante du personnel.
Et pourtant, lorsque les opérations de maintenance sont stratégiquement organisées et gérées, elles sont créatrices de valeur.

Le processus de digitalisation

La digitalisation de la maintenance ferroviaire permet de mieux prévoir les aléas et dysfonctionnements à venir grâce aux nouveaux outils digitaux. Elle permet de mieux gérer le réseau ferroviaire et ses infrastructures pour réduire les coûts et les pannes.

La première étape consiste à pouvoir surveiller les équipements qui se traduit par l’installation de capteurs connectés dans différents domaines du ferroviaire. Les données peuvent être récupérées au niveau des infrastructures, des gares, des systèmes électriques, etc. le but est de prendre connaissance de l’état de ces équipements et de pouvoir identifier les variations de leurs performances.

Puis, les données récoltées sur le terrain ont besoin de devenir « intelligentes ». Elles doivent donc permettre de détecter des problèmes ou détériorations qui ne pouvaient être identifiés au préalable ou bien qui n’étaient pas surveillées en permanence. Les données vont être envoyées vers des plateformes web qui vont les traiter et permettre ainsi d’identifier des dysfonctionnements et envoyer des alertes.

Les informations obtenues vont servir à étayer les décisions qui seront prises en matière de maintenance. Elles permettent de mieux organiser la planification des interventions, anticiper  de nouvelles failles et prévenir l’obsolescence des actifs. Dans tous ces cas, la digitalisation améliore l’efficacité dans la planification des actions tant journalières que sur le long terme.

Si de nombreuses entreprises ont déjà franchi le cap, certains freins peuvent encore poser problèmes.

Les barrières de la digitalisation

Digitaliser les outils dédiés à la maintenance représente un investissement sur le long terme. Il faut savoir quelles informations collecter, et surtout, savoir les utiliser par la suite. Il est nécessaire d’appréhender ces nouvelles technologies et former les équipes pour qu’elles puissent exploiter et utiliser au mieux ces données.

La digitalisation ne remplace pas les métiers actuels de la maintenance mais entraîne leur transformation. Ces outils vont apporter de nouvelles informations, et par la même, des données qu’il va falloir interpréter. D’autre part, il faut collecter suffisamment de données pour d’abord pouvoir passer à une maintenance préventive, avant d’envisager une évolution vers de la une maintenance prédictive. La pertinence des informations remontées seront grandement enrichies grâce à la connaissance du métier des équipes et constitueront ainsi une aide importante à la prise de décision de ces personnes.

Les bénéfices à long terme

La digitalisation de la maintenance aura de nombreux bénéfices dans différents domaines d’application de la maintenance.

Grâce à la maintenance prédictive, on va pouvoir cibler les équipements qui nécessitent un entretien au moment le plus opportun. Ceci entraîne une meilleure gestion des agents et des équipes sur le terrain, en limitant les pertes de temps. De plus, les données réelles récoltées à distance et en temps réel permettent d’améliorer aussi la sécurité des agents de terrain. Ils peuvent réduire leurs déplacements sur les lieux à risque tels que les bords de voie ou la proximité avec les lignes de haute tension.

L’optimisation des opérations de maintenance a aussi pour conséquence la réduction du temps d’immobilisation du matériel roulant et donc une réduction importante des coûts. Ce qui entraîne une amélioration de la régularité des trains grâce à aux informations recueillies en temps réel. Ces améliorations seront au bénéfice immédiat des voyageurs et des usagers.

La digitalisation de la maintenance est donc un atout dans la compétitivité des entreprises grâce aux économies générées sur les processus digitalisés. Elle est devenue un besoin nécessaire dans la modernisation de l’industrie ferroviaire. Pour assurer le succès de la mise en place des ces outils digitaux dans les entreprises il faut à la fois allier ambition et pragmatisme en avançant pas à pas dans ces transformations avec le soutien des équipes concernées.